Tunis Tribune
Bienvenue sur le site franco-tunisien Tunis Tribune

Tunisie : Un appel à la prière remixé tourne au lynchage

Une discothèque de la station balnéaire d’Hammamet a été fermée jusqu’à nouvel ordre et une enquête ouverte après qu’un DJ a diffusé durant le week-end du 1er avril un mix de l’appel à la prière. C’est la polémique du moment en Tunisie. Cette vidéo très partagée depuis le 2 avril montre des groupes de jeunes danser sur un mix de l’appel à la prière, dans une discothèque « El Guitoune », à l’occasion d’une soirée animée par des DJ étrangers.

Un outrage pour les autorités qui ont décidé de sévir. « Après confirmation des faits, nous avons décidé la fermeture de cette boîte de nuit» jusqu’à nouvel ordre, a déclaré à l’AFP le gouverneur de Nabeul, Mnaouar Ouertani.

Le gérant du club a été placé en détention provisoire «pour atteinte aux bonnes mœurs et outrage public à la pudeur» selon cette même source. Une enquête a été ouverte. « Nous ne permettons pas l’atteinte aux sentiments religieux et au sacré », a encore fait valoir Mnaouar Ouertani, alors que la vidéo a entraîné de vives réactions sur les réseaux sociaux.

Dénonçant « des actes portant atteinte au sacré et aux rites religieux », le ministère tunisien des Affaires religieuses a souligné dans un communiqué que « se moquer des sentiments des Tunisiens et de leurs principes religieux est une chose absolument inacceptable ».

L’organisateur de la soirée rejette toute responsabilité

Organisatrice de l’évènement qui s’est tenu du 31 mars au 2 avril, l’équipe d’Orbit Festival a de son côté « décliné toute responsabilité » et « présenté ses excuses », dans un message publié sur sa page officielle Facebook.

« Le DJ Dax J est Anglais et a joué ce titre récemment en Europe », il n’a pas réalisé « que cela pouvait offenser le public d’un pays musulman comme le nôtre », a-t-elle ajouté.

Sur la page de l’évènement figure par ailleurs un commentaire de « Dax DJ » dans lequel il présente lui aussi ses « sincères excuses ». « Je n’ai jamais voulu provoquer ou offenser quiconque.»

L’« Orbit festival », dont c’était la deuxième édition, est présenté comme un rassemblement de DJ internationaux à destination des fans de musique « techno ».

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams

Get real time updates directly on you device, subscribe now.