Tunis Tribune
Bienvenue sur le site franco-tunisien Tunis Tribune

Tunisie : la famille d’un dirigeant du Hamas assassiné réclame « justice »

6

La famille d’un Tunisien décrit par le Hamas comme un dirigeant du mouvement islamiste palestinien, assassiné en Tunisie l’an dernier, a réclamé vendredi des détails sur l’enquête, en dénonçant le « silence » des autorités.

Mohamed Zouari, ingénieur de 49 ans, était selon le Hamas une personnalité importante spécialisée dans le développement de drones. Il a été abattu d’une vingtaine de balles au volant de sa voiture le 15 décembre 2016 dans le centre de la Tunisie.

Jeudi, le mouvement palestinien a accusé des espions israéliens de s’être servis de passeports bosniaques pour entrer en Tunisie et l’y assassiner.

« Je veux que justice soit faite pour Mohamed Zouari. Le silence (de la part des autorités tunisiennes) est grand », a dénoncé sa veuve, Majda Saleh. Contactées par l’AFP, les autorités tunisiennes n’étaient pas joignables dans l’immédiat.

« Nous sommes au courant qu’Israël est derrière son assassinat, mais des parties précises sont elles aussi impliquées dans cet assassinat. Qui sont-elles? », a dit Majda Saleh, qui est de nationalité syrienne et a dit avoir demandé la nationalité tunisienne. « J’espère que le gouvernement tunisien ne va pas clore le dossier de Mohamed Zouari et qu’il reprendra l’enquête », a-t-elle insisté.

Le frère de Mohamed Zouari, Radhouene Zouari, a de son côté jugé que les autorités tunisiennes semblaient « compter sur le temps pour que l’opinion publique oublie cette affaire ». « Nous avons une série de questions (…). Nous voudrions que quelqu’un au ministère de l’Intérieur réponde à ces questions », a-t-il déclaré sur la même radio.

L’assassinat de Mohamed Zouari à Sfax, deuxième ville de Tunisie située dans le centre-est du pays, avait fait des remous dans le pays. Le gouvernement tunisien avait affirmé que des « éléments étrangers » étaient impliqués dans le meurtre de l’ingénieur, qui était également de nationalité belge. Le Hamas, dont Israël a éliminé plusieurs figures par le passé, avait immédiatement accusé l’Etat hébreu de l’avoir tué.

Sans préciser comment il a recueilli ses informations, le mouvement a affirmé jeudi dans un communiqué qu’un certain nombre d’agents du Mossad, les services secrets israéliens, avaient opéré en Tunisie pendant plusieurs mois et s’étaient rapprochés de Mohamed Zouari en se faisant passer pour des journalistes étrangers. Des éléments qui « ne sont pas nouveaux », a jugé sa famille en Tunisie vendredi.

Par AFP

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams

Get real time updates directly on you device, subscribe now.