Publisher Theme
I’m a gamer, always have been.

- Publicité -

Des élus enregistrés à leur insu se livrent à une « discussion digne du film Le Parrain »

- Publicité -

- Publicité -

Un extrait de l’émission « Pièces à convictions » diffusée sur France 3 le 29 novembre 2017 dernier a de quoi choquer, écoutez…

Tout commence au mois mars 2014 lorsque la mairie de Bobigny bascule à droite. Quelques mois plus tard, un tract fleurit sur les murs de la ville de Seine-Saint-Denis.

L’affichette supporte le titre « J’attire votre attention » et liste des antécédents judiciaires de Lynda Benakouche, nouvelle chargée de mission des politiques sociales urbaines de Bobigny, « condamnée, dans le passé pour avoir séquestré et violenté une femme enceinte de six mois », et de son compagnon Jean-Christophe Soumbou, liés à l’affaire d’Ilan Halimi, enlevé dans la région parisienne puis séquestré et torturé en janvier 2006 par un groupe d’une vingtaine de personnes se faisant appeler le « gang des barbares », dirigé par Youssouf Fofana. .

Une adjointe au maire, mise en cause, va passer un sale quart d’heure…

Alors que tout le monde tente de découvrir l’origine du tract, les attentions sont focalisées sur Sabrina Saidi, l’adjointe au maire chargée de la petite enfance. Elle est suspectée d’être le corbeau. Elle est convoquée par Christian Bartholomé, premier adjoint au maire et directeur de cabinet de Jean-Christophe Lagarde (UDI).

Sabrina Saidi décide de se présenter à la convocation avec un enregistreur audio caché sur elle. Lorsqu’elle arrive dans la pièce, trois hommes se tiennent aux côtés de l’adjoint au maire : Kianoush Moghadam, ancien attaché parlementaire de Jean-Christophe Lagarde, Ramdan Ould-Ahmed, ancien président de l’association Phoenix, et Jonathan Berrebi, responsable de l’office HLM. L’entretien à écouter ci-après est digne d’un polar.

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams
Commentaires