Publisher Theme
I’m a gamer, always have been.

- Publicité -

- Publicité -

- Publicité -

- Publicité -

Allemagne : Des gaz d’échappement testés sur des cobayes humains

67

Un organisme de recherche, financé par plusieurs constructeurs automobiles allemands, a fait procéder à une étude scientifique sur les effets du dioxyde d’azote (que l’on trouve dans les gaz d’échappement) sur des cobayes humains, rapporte le Stuttgarter Zeitung.

Cette étude, poursuit le journal allemand, a été commandée par le Groupe européen de recherche sur l’environnement et la santé dans le secteur du transport (EUGT), dissous l’année dernière. Selon le Stuttgarter Zeitung, dont les informations n’ont pu être confirmées par Reuters, l’organisme de recherche était financé par les constructeurs allemands Volkswagen, Daimler et BMW.

D’après le journal, environ 25 jeunes gens en bonne santé ont inhalé pendant plusieurs heures du dioxyde d’azote à des doses variées. Les tests étaient effectués dans un institut dépendant de l’université d’Aix-la-Chapelle, en Allemagne.

L’impact des gaz d’échappement sur les personnes n’a pas pu être déterminé par l’étude, publiée en 2016, précise le journal.

Se disant « consterné par la mise en place et l’ampleur de ces tests », Daimler a affirmé dimanche « condamner fermement cette étude ». Le groupe, qui a assuré n’avoir aucun lien avec cette étude, va tout de même lancer une enquête.

Ces révélations interviennent sur fond de scandale provoqué par la découverte en 2015 de tests truqués d’émissions des voitures de la marque Volkswagen qui a remis en question l’avenir des moteurs diesel et illustré la difficulté qu’ont les constructeurs à se conformer à des règles de plus en plus strictes d’émissions d’oxyde d’azote.

Plusieurs villes allemandes envisagent ainsi d’interdire certains véhicules diesel en raison du taux « choquant » d’émissions d’oxyde d’azote mesuré dans l’atmosphère.

L’EUGT a aussi parrainé des tests effectués sur des singes de laboratoire, forcés à inhaler des émanations de diesel provenant d’une voiture Volkswagen.

Le New York Times a affirmé vendredi que ces tests scientifiques impliquant des singes avaient été menés en 2014. Le but de l’EUGT était de défendre l’utilisation du diesel après que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a désigné le carburant comme cancérigène, précisait le journal américain.

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams
Commentaires