Publisher Theme
I’m a gamer, always have been.

- Publicité -

- Publicité -

- Publicité -

- Publicité -

Macron en Tunisie pour évoquer la dette et soutenir la démocratie

85

Emmanuel Macron se rend mercredi, accompagné de plusieurs ministres et d’hommes d’affaires, en Tunisie où il devrait faire une série d’annonces, notamment sur la reconversion de la dette tunisienne vis-à-vis-de la France.

Tunis, qui nourrit des attentes avant tout économiques pour cette visite, avait déjà pavoisé lundi ses avenues pour accueillir le président français pour une visite d’Etat qui fait suite à celles effectuées au Maroc en juin et en Algérie en décembre.

Elle intervient alors que la Tunisie a été secouée début janvier par un mouvement de contestation qui a dégénéré en émeutes nocturnes avant que le calme revienne.

« Dans ce contexte particulier, Emmanuel Macron va exprimer un message fort de soutien à la transition démocratique de la Tunisie, seul pays rescapé du Printemps arabe de 2011 », indique l’Elysée.

Le chef de l’Etat français prononcera un discours devant les députés jeudi matin, et rencontrera notamment du Quartet de dialogue national couronné du Prix Nobel de la Paix en 2015. La veille, il aura été accueilli au palais présidentiel de Carthage par son homologue Béji Caïd Essebsi, 91 ans, qui laisse planer le doute sur une candidature pour un nouveau mandat en 2019.

« La France étant notre premier partenaire économique et politique, on attend beaucoup de choses, notamment une augmentation des investissements, car la Tunisie a effectué des réformes pour être plus attractive », a expliqué le chef de la diplomatie Khemaïes Jhinaoui la semaine dernière à Davos.

Parmi les hommes d’affaires accompagnant le chef de l’Etat français, figurent les PDG des groupes de télécoms Orange (Stéphane Richard) et Free (Xavier Niel).

Paris veut aider Tunis à sortir de la morosité économique et sociale dans laquelle le pays est englué depuis 2011. Grâce notamment à une reprise du tourisme, la croissance est repartie (2 % en 2017), mais le chômage reste supérieur à 15 % et dépasse 30 % chez les jeunes diplômés.

Les autres priorités de la visite sont la sécurité, avec le dossier libyen et la question du retour des combattants jihadistes du front syro-irakien, mais aussi la francophonie.

De Tunis, le président rejoindra le Sénégal, où il co-présidera vendredi à Dakar, aux côtés de son homologue sénégalais Macky Sall, la conférence de « reconstitution des fonds » du Partenariat mondial pour l’Education, un fonds d’aide aux programmes éducatifs des pays moins favorisés.

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams
Commentaires