Tunis Tribune
Bienvenue sur le site franco-tunisien Tunis Tribune

UE : Tunis demande des « signaux forts » pour soutenir la démocratie

58

La Tunisie a signifié lundi à l’Union européenne son irritation d’avoir été temporairement inscrite dans sa liste des paradis fiscaux et lui a demandé d’ouvrir plus largement ses marchés à ses producteurs d’huile d’olive pour soutenir le processus de transition démocratique engagé par le pays.

« Nous voulons des signaux forts pour confirmer l’engagement de l’Union européenne aux côtés de la Tunisie dans la transition démocratique », a insisté le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, lors d’un point de presse à Bruxelles avec la représentante de la diplomatie européenne, Federica Mogherini. « Nous souhaitons que dans l’avenir soit évité tout ce qui est susceptible de mettre en cause l’engagement des deux parties pour ce partenariat », a averti M. Jhinaoui.

« Le classement de la Tunisie dans la liste des paradis fiscaux (en décembre) a été une décision injuste parce qu’unilatérale. La Tunisie n’a pas été consultée. Heureusement, la Tunisie a été enlevée de cette liste » fin janvier, a-t-il expliqué, déplorant que l’image de son pays en ait été ternie.

« La Tunisie attend davantage d’attention de l’Union européenne », a-t-il plaidé. Tunis demande notamment à l’UE de pouvoir augmenter ses exportations d’huile d’olive. « Nous connaissons le caractère délicat de cette question pour l’UE, mais c’est un produit essentiel pour la Tunisie. Si l’Europe souhaite aider la Tunisie, c’est en l’aidant à écouler ce produit essentiel sur le marché européen, d’autant plus qu’il est largement demandé par les opérateurs européen ».

La Tunisie est le 2e producteur mondial d’huile d’olive après l’Espagne. Sa production devrait être de 240.000 tonnes en 2018 et l’UE est son principal débouché à l’export avec 56.000 tonnes.

« 2018 sera une année charnière pour la Tunisie avec des échéances électorales importantes pour consolider le processus engagé en 2011 », a rappelé M. Jhinaoui. Le déplacement du chef de la diplomatie tunisienne à Bruxelles intervient quelques jours après la visite du président français Emmanuel Macron à Tunis.

Federica Mogherini a souligné le « lien très fort et l’amitié spéciale » entre l’UE et la Tunisie liées par un partenariat privilégié lancé en 2012. « La stabilité et la transition démocratique sont prioritaires pour l’UE. Nous serons aux côtés de la Tunisie. Nous devons apporter des réponses concrètes aux attentes des Tunisiens, surtout des jeunes », a assuré la haute représentante.

Un conseil d’association, l’instance de coopération entre les deux partenaires, est prévue en mai 2018, a rappelé Mme Mogherini. « Nous travaillons sur des projets concrets pour cette rencontre ».

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams

Get real time updates directly on you device, subscribe now.