Tunis Tribune
Bienvenue sur le site franco-tunisien Tunis Tribune

Tunisie : l’état d’urgence prolongé de sept mois

57

La présidence tunisienne a annoncé mardi la prolongation jusqu’à mi-octobre de l’état d’urgence, en vigueur depuis une série d’attentats en 2015, disant vouloir assurer la sécurité durant les élections municipales, le mois de ramadan et la saison touristique.

Le président Béji Caïd Essebsi a décidé de prolonger cette mesure d’exception « pendant sept mois à compter du 12 mars », selon un communiqué de la présidence publié à l’issue d’une réunion du conseil national de sécurité, un organe restreint sous la houlette de M. Essebsi. Il a indiqué avoir consulté le chef du gouvernement et le président du Parlement.

Les premières élections municipales de l’après révolution – très attendues et plusieurs fois repoussées – sont prévues le 6 mai, tandis que le ramadan devrait débuter à la mi-mai pour un mois. La fréquentation touristique, cruciale pour l’économie tunisienne, reprend du poil de la bête après une longue crise liée notamment aux troubles sécuritaires.

Il s’agit de la plus longue prolongation de l’état d’urgence depuis son instauration en 2015, la présidence expliquant vouloir ainsi éviter des « polémiques à répétition ».

L’état d’urgence octroie des pouvoirs d’exception aux forces de l’ordre. Il permet notamment l’interdiction des grèves et des réunions « de nature à provoquer (…) le désordre ou encore l’adoption de mesures pour assurer le contrôle de la presse ».

En 2015, trois attentats majeurs revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) ont frappé la Tunisie. L’état d’urgence est sans cesse renouvelé, chaque mois ou pour quelques mois à la fois, depuis le troisième de ces attentats, perpétré contre la garde présidentielle en novembre 2015 en plein Tunis (12 agents tués).

La dernière attaque de grande ampleur en Tunisie remonte à mars 2016, lorsque des dizaines de jihadistes ont attaqué des installations sécuritaires à Ben Guerdane (sud), à la frontière avec la Libye.

Les autorités disent avoir fait « des pas très importants dans la guerre contre le terrorisme » et soulignent que la sécurité s’est largement améliorée depuis 2015, tout en continuant à appeler à la vigilance. La situation en Libye voisine, pays en proie au chaos, reste l’une de leurs principales préoccupations, selon des responsables gouvernementaux.

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More