Tunis Tribune
Bienvenue sur le site franco-tunisien Tunis Tribune

Tunisie: le dinar doit encore baisser pour relancer l’économie, selon le FMI

232

Le dinar doit encore baisser cette année si la Tunisie veut relancer les exportations et une économie secouée par les bouleversements politiques depuis 2011, selon le Fonds monétaire international.

« Je ne pense pas que nous avons besoin d’un grand mouvement vers l’équilibre, je pense que nous n’en sommes pas loin », déclare Björn Rother, le chef de mission du FMI en Tunisie. « Je ne pense pas non plus que nous ayons besoin d’un ajustement brutal. »

Les prévisions selon lesquelles la Tunisie se dirige vers une forte dépréciation de sa monnaie ont augmenté au cours des derniers mois, les réserves de change ayant rapidement diminué pour atteindre 4,6 milliards de dollars, soit assez pour couvrir seulement 78 jours d’importations. M. Rother a indiqué que le taux de change réel du dinar – sa capacité à acheter des produits par rapport à d’autres devises – était désordonné de 10 à 20%.

Le gouverneur de la banque centrale, Marouane El Abassi, a déclaré le mois dernier qu’il ne pourrait pas défendre la monnaie, mais une forte dépréciation risque d’alimenter l’inflation et la colère publique dans un pays qui compte huit gouvernements depuis la révolution de 2011.

Sur le plan politique, la Tunisie est souvent considérée comme la seule réussite de la vague de protestations de la région il y a sept ans. Mais les luttes politiques intestines, les grèves et les attaques terroristes ont compliqué les efforts pour préparer le renouveau économique envisagé par les Tunisiens depuis la chute de Ben Ali.

Manifestations d’austérité

Le gouvernement s’est efforcé de réduire les dépenses publiques et d’affaiblir graduellement la monnaie nationale, mesures soutenues par le FMI qui a accordé un prêt de 2,9 milliards de dollars à la Tunisie en 2016. Mais les mesures d’austérité ont alimenté de violentes protestations dans un pays confronté à un gros problème de chômage.

L’agence Moody’s a abaissé la note de crédit de la Tunisie en mars pour la deuxième fois en sept mois à cinq niveaux inférieurs à « investment grade », citant la détérioration de la situation budgétaire et la diminution des réserves qui ne devraient pas rebondir significativement dans les années à venir.

M. Rother a indiqué que la baisse des réserves était temporaire, « en partie due aux retards du prêt du FMI et de la vente d’obligations internationales. Les faibles réserves découragent l’investissement mais ne signalent pas une crise monétaire imminente », a-t-il déclaré.

Les grèves ont frappé les exportations de phosphates, un important pourvoyeur de devises, et le tourisme commence tout juste à se remettre de l’impact des attentats terroristes.

M. Rother a indiqué que la balance commerciale de la Tunisie commençait à s’améliorer, lui permettant de se déplacer progressivement sur la dépréciation de la monnaie. Le dinar a baissé de 19% par rapport à l’euro l’année dernière. Le déficit commercial a diminué de près d’un quart en janvier et février par rapport à la même période l’année dernier, les exportations ayant augmenté de 43%.

« Si vous voulez attirer des investisseurs et développer vos exportations, vous devez être compétitif dans l’économie mondiale », a déclaré M. Rother. « Et le moyen le plus simple d’y parvenir est de s’appuyer sur un taux de change réel et compétitif. »

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams

Get real time updates directly on you device, subscribe now.