Tunis Tribune
Bienvenue sur le site franco-tunisien Tunis Tribune

Municipales 2018 : Des infractions graves passibles de prison

90

Des infractions graves relevées, dimanche, dans des centres de vote, au gouvernorat de Béja, sont passibles de prison si elles sont avérées, indique le président de l’Instance supérieure indépendante pour les élections, Mohamed Tlili Mansri, dans un point de presse au Palais des congrès, à Tunis, précisant qu’il s’agit, principalement, d’actes de violence.

Des procès verbaux seront rédigés à ce sujet par les contrôleurs de l’IRIE (Instance régionale indépendante pour les élections) et les présidents de bureau de vote locaux. Si ces actes de violences sont vérifiés, le ministère public sera saisi, souligne Mansri, ajoutant que les faits seraient passibles de prison.

Selon le président de l’IRIE à Béja, Adel Achour, les infractions perpétrées par certaines listes de parti, notamment, à Nefza peuvent conduire à l’annulation partielle de ces listes. Jusqu’à midi, pas moins de 30 infractions ont été enregistrées rien qu’à Nefza et Teboursouk dont des actes de violences et des tentatives d’influer sur les électeurs.

Le Mouvement Nidaa Tounes a fait état ce dimanche de « graves infractions » lors du déroulement de l’opération de vote. « Ces infractions sont appuyées par des preuves », affirme le mouvement dans un communiqué.

Ces infractions risquent de compromettre la crédibilité et la légitimité de l’opération électorale particulièrement face au « mutisme inquiétant » de l’Instance supérieure indépendante pour les élections et de ses sections régionales, ajoute le parti Nidaa Tounes.

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More