Publisher Theme
I’m a gamer, always have been.

- Publicité -

- Publicité -

- Publicité -

Tunisie : Des voix s’élèvent pour l’ancrage du dinar à l’euro pour stopper l’hémorragie

1 530

L’euro a dépassé la barre des 3,300 dinars sur le marché interbancaire, lors de la séance du 7 novembre 2018. « C’est un dépassement d’une barre psychologique qui était bien prévisible », a déclaré à l’agence Tunis Afrique Presse, l’universitaire et président du Cercle des financiers tunisiens (CFT), Abdelkader Boudriga.

Il propose l’ancrage provisoire du dinar tunisien à l’euro, pour casser le cercle dangereux dans lequel le pays risque de sombrer. « Le glissement du dinar se poursuit depuis plus d’an et demi (depuis avril 2017), avec un rythme moyen mensuel de 2% ».

« Le franchissement de la barre de 3,3 dinars était donc très prévisible. Tant que les niveaux d’inflation et le différentiel d’inflation avec les pays européens restent élevés, le dinar va continuer de glisser, ne serait-ce que pour assurer la stabilité du taux de change réel et donc une certaine compétitivité de l’économie », explique-t-il.

M. Boudriga précise, par ailleurs, que ce franchissement de la barre des 3,3 dinars intervient en dépit du soutien apporté par la Banque centrale au dinar, durant les trois dernières semaines, pour retarder le dépassement de cette barre. A contrario, cet appui de l’Institut d’émission a eu pour effet une nouvelle détérioration des réserves en devises, après leur dernière hausse, il y a deux semaines.

L’universitaire s’inquiète d’autant plus que « rien ne présage jusque-là un inversement de cette tendance, notamment face à l’érosion des réserves en devises, une prévision d’inflation de l’ordre de 7,6%, pour le trimestre en cours, un creusement record du déficit commercial, une détérioration continue de la productivité, et des restrictions imposées par le FMI à la BCT, en matière de soutien du dinar ».

« A cela s’ajoute, la pression spéculative pratiquée par certains acteurs économiques, qui anticipent la dépréciation, soit en optant pour la dollarisation de leurs actifs, soit pour l’avancement de leurs dépenses et le report de leurs recettes en devises pour bénéficier du différentiel du taux de change », précise-il encore.

Et d’ajouter « tous ces facteurs conjugués, présagent que la dépréciation va continuer, voire s’aggraver. Je pense que le pays est entré dans un cercle dangereux. Si le rythme actuel de glissement continue, l’euro frôlera, d’ici juin 2019, les 4 dinars. Ce niveau est très dangereux pour l’économie nationale et pour la stabilité du pays ».

Face à la situation actuelle de l’économie, M. Boudriga pense que « ce rythme de dépréciation ne peut être interrompu, qu’à travers deux mesures exceptionnelles : l’ancrage de dinar à l’euro, ou une dépréciation drastique qui ramène le dinar à sa juste valeur ».

A ce titre, M. Boudriga préconise plutôt, l’ancrage provisoire du dinar tunisien à l’euro. « Cette mesure permettra de lutter contre l’inflation, en éliminant la partie importée, d’éviter la fluctuation des devises et la spéculation, et de donner de la visibilité aux acteurs économiques dont les schémas de financement ont besoin de stabilité ».

Un ancrage monétaire consiste, pour une Banque centrale, à instaurer un lien fixe entre la monnaie nationale et une devise étrangère ou un panier de devises étrangères, avec une possibilité de fluctuations très limitée par rapport à un cours central.

« C’est vrai que cette option a aussi des inconvénients, dont la perte de l’indépendance monétaire, mais cette indépendance est déjà entamée, un risque de change qui doit être supporté par la Banque Centrale et une impossibilité de soutenir la compétitivité à travers une dépréciation du dinar en cas de grande inflation, mais ces inconvénients restent relativement moins graves que ceux d’un régime flottant, dans les conditions actuelles, » conclut-il.

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams
Commentaires