Tunis Tribune
I’m a gamer, always have been.

- Publicité -

Al Bachir à Damas, évolution non négligeable de la diplomatie intra-arabe

88

La visite surprise, dimanche dernier, à Damas du président soudanais Omar Al Bachir et sa rencontre avec le président syrien Bachar Al Assad ne semblent pas intéresser les médias. Pourtant c’est un grand événement en cette fin de l’année 2018. Certes Omar Al Bachir est considéré par de nombreux soudanais comme étant versatile succombant facilement aux propositions de ses proches conseillers.

Nonobstant les pressions internes que le président soudanais subit, lui qui tente de rempiler en 2020 pour un autre mandat présidentiel, il y a malgré tout de nouvelles donnes qui apparaissent dans la région. A mon humble avis, le président soudanais n’a pas unilatéralement agi suite à un coup de tête. Al Bachir entretient des relations étroites avec l’Arabie Saoudite en particulier et les pays du Golfe en général.

Je penses qu’Omar Al Bachir a dû prendre l’autorisation de Ryad pour casser l’embargo sur la Syrie martyre et sonder les dispositions des autorités syriennes à tourner la page d’autant plus que sur le terrain, Damas réalise des succès retentissants et va bientôt reprendre tout aux djihadistes terroristes. Le prochain sommet de la Ligue des Etats Arabes, prévu à Tunis sera t-il celui de la réconciliation ?

Il y a de très fortes chances que le président Bachar soit de la partie. L’affaire Khashoggi a eu des conséquences néfastes sur la politique extérieure de l’Arabie Saoudite et ternie son image dans le monde.

Va t-elle chercher à tirer les enseignements de ses erreurs fatales ? Très plausible. Par ailleurs, je joins tous ceux qui parlent d’une hécatombe pour les islamistes de chez nous. Je crois que l’étau ne cesse de se resserrer autour du cou des Nahdhaoui.

Omar Al Bachir à Damas c’est un coup dur pour les mercenaires qui avaient touché beaucoup d’argent pour envoyer des terroristes tunisiens, hommes et femmes ternir la réputation de notre Tunisie et démolir un pays frère qui ne nous a jamais porté atteinte. Je serai tenté de dire « est ce que Ennahdha arrivera t-elle aux élections de 2019 ? »

La visite du président soudanais à Damas est certainement le prélude à des changements majeurs contre la Ennahda. A la place des islamistes je commencerai à faire des réservations sur les lignes régulières. On n’est jamais trop prudent.

Dimanche dernier, Omar al-Bachir est devenu le premier chef d’État de la Ligue arabe à se rendre à Damas depuis 2011.

Ezzeddine Zayani, Docteur en philosophie politique, diplômé de Sciences Po et ancien Ambassadeur.

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams
Commentaires

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique. Accepter En Savoir Plus