Tunis Tribune
I’m a gamer, always have been.

- Publicité -

Tunisie: Le gouvernement pioche dans les comptes en devise des expatriés tunisiens

3 185

Tunis – Le gouvernement doit mobiliser 10,142 millions de dinars (MD) en 2019, en plus des recettes fiscales attendues. Il est prévu de lever 2,350 MD sur le marché intérieur, sachant que l’épargne a chuté d’environ 8% du PIB. La somme restante de 7,792 MD sera levée sur le marché extérieur par le biais de prêts multilatéraux et bilatéraux (Fonds monétaire international-FMI, Banque mondiale-Banque mondiale, Agence française de développement, Afd, etc.), conformément à l’examen de la situation économique (mars 2019), publié par l’Institut tunisien de la compétitivité et des études quantitatives (ITCEQ).

Selon l’éditorial de la revue à l’initiative du directeur général de l’ITCEQ, Zouhair El Kadhi, «une nouvelle entrée sur les marchés internationaux moyennant 965 millions de dollars est également attendue ». La question en suspens, cependant, est « si nous parvenions à mobiliser 500 millions d’euros en 2018, comment pourrions-nous mobiliser les 965 millions $ en 2019? »

«Conscient de ces difficultés, le gouvernement cherche à éviter les vagues avec des moyens limités, sachant que le marché intérieur manque cruellement de liquidités et que l’épargne a chuté, ce qui rend difficile la mobilisation de ressources sur le marché intérieur. Sur le marché étranger, la situation est encore plus compliquée compte tenu de la note attribuée par la Tunisie. »

«Dans ces conditions, le gouvernement a essayé de trouver un intermédiaire mais une solution non conventionnelle. L’idée est de trouver des ressources en devises sur le marché intérieur. D’où le recours à la devise étrangère détenue par les banques tunisiennes toujours sous forme de comptes en devise étrangère pour les expatriés tunisiens et les entreprises offshore. L’idée semble séduisante puisque le montant retenu reste de 356 millions d’euros pour un coût du crédit inférieur à 2,5%. « 

En conclusion, «2019 semble être difficile pour la Tunisie compte tenu du contexte de ralentissement européen, des conditions géopolitiques instables (tensions Iran-Venezuela, Etats-Unis-Russie) qui risquent de faire monter les prix du pétrole, de relever les taux d’intérêt dans le monde et de diminuer les coûts. flux de capitaux vers les pays en développement. « 

« En réalité, nous sommes conscients de l’ampleur des risques à la baisse et des doutes non résolus. La situation, malgré son amélioration, ne suit pas le potentiel que l’économie tunisienne peut offrir et cela contribuera à réduire le chômage et à améliorer les finances publiques. Malgré les risques évoqués, il semble toutefois qu’il n’y ait pas assez d’éléments pour écarter le scénario de base d’une augmentation de la croissance supérieure à 3% », a précisé El Kadhi.

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams
Commentaires

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More