Tunis Tribune
I’m a gamer, always have been.

- Publicité -

La Tunisie pleure son président et prépare une élection anticipée

164

Tunisie (avec Reuters) – Les Tunisiens en deuil après la disparition de leur président Beji Caid Essebsi ont exprimé leur fierté, vendredi, face aux mesures en cours pour choisir son successeur, affirmant que son travail de guide du pays vers la démocratie après la révolution de 2011 avait rendu possible la passation pacifique du pouvoir.

Essebsi est décédé jeudi à l’âge de 92 ans, mettant en branle un processus constitutionnel en vue du choix de son successeur à la tête de l’État. Des centaines de femmes, d’hommes et d’enfants se tenaient debout devant l’hôpital militaire où il était mort, sous un soleil radieux. Plus tard, son cercueil avait été escorté jusqu’au palais présidentiel de Carthage sous haute sécurité.

Beaucoup ont exprimé leur respect pour son rôle de superviseur des réformes politiques dans le pays après la chute de Ben Ali. « Aujourd’hui, nous avons perdu le père de tous les Tunisiens, » a déclaré Salma Hbibi présente sur les lieux.

« Il n’y a ni chars dans les rues, ni de couvre-feu, pas de déclarations de l’armée », a-t-elle ajouté. « Aujourd’hui, nous avons gagné un État démocratique grâce à une transition tranquille, c’est merveilleux…»

La Tunisie est souvent saluée et présentée comme le seul « succès démocratique » des soulèvements du « Printemps arabe », avec une nouvelle constitution, des élections libres et un gouvernement de coalition entre parti islamiste et laïcs progressistes dans une région aux prises avec des bouleversements.

Des funérailles nationales sont prévues ce samedi et des dirigeants internationaux, dont le président français Emanuel Macron, seront présents. « Ce fut une journée triste avec la perte de notre président Essebsi », a déclaré Moncef Marzouki, ancien président et l’un de ses rivaux.

« Un état de droit »

Quelques heures après la mort de Beji Caïd Essebsi, le Président du Parlement, Mohamed Ennaceur, a prêté serment devant le Parlement avant de prendre l’intérim à la tête de l’état, conformément à la constitution. La commission électorale a annoncé une élection présidentielle le 15 septembre, prochain, soit deux mois plus tôt que prévu. Un vote parlementaire est prévu pour le 6 octobre.

Les prochaines élections seront le troisième scrutin dans lequel les Tunisiens ont pu voter librement depuis la révolution. Essebsi a pris de l’importance après le renversement de Ben Ali, qui a été suivi de révoltes contre des dirigeants autoritaires du Moyen-Orient, notamment en Libye et en Égypte.

Après avoir été élu Premier ministre après la chute de Ben Ali, Essebsi a fondé en 2012 le parti laïc Nidaa Tounes, qui fait désormais partie de la coalition gouvernementale, afin de contrebalancer la résurgence des islamistes réprimés sous Ben Ali. Deux ans plus tard, Essebsi est devenu le premier chef d’État librement élu de la Tunisie.

Les progrès politiques n’ont pas été accompagnés d’avancées économiques. Le taux de chômage s’élève à environ 15%, contre 12% en 2010, en raison de la faible croissance et du faible investissement. «Tu vas nous manquer, Bajbouj », dit-il en utilisant le surnom de Essebsi.

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams
Commentaires

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique. Accepter En Savoir Plus