Tunis Tribune
I’m a gamer, always have been.

- Publicité -

Décès de Toni Morrison, prix Nobel de littérature en 1993

24

New York (Reuters) – L’écrivaine afro-américaine Toni Morrison, première femme noire lauréate du prix Nobel de littérature, est morte à l’âge de 88 ans. Elle est décédée lundi soir dans un hôpital de New York, le Montefiore Medical Center, ont précisé ses proches et son éditeur, Alfred A. Knopf.

Toni Morrison a « donné vie, par sa force visionnaire et ses emprunts poétiques, à un aspect essentiel de la réalité américaine », avait déclaré le jury du Nobel de littérature en lui attribuant sa récompense en 1993.

Son roman « Beloved », inspiré de faits réels, a obtenu le prix Pulitzer en 1988. Situé pendant la Guerre de Sécession, le livre raconte l’histoire d’une femme qui tue sa fillette de deux ans pour qu’elle ne devienne pas esclave. La mère est arrêtée avant de pouvoir se donner la mort et le fantôme de sa fille, prénommée Beloved, vient lui rendre visite.

« Beloved » est le premier volet d’une trilogie consacrée à l’amour sous l’angle de l’histoire noire américaine. Il a été suivi de « Jazz », publié en 1992, qui raconte un trio amoureux dans le Harlem des années 1920, et « Paradise », paru en 1997. Née le 18 février 1931 à Lorain dans l’Ohio, Toni Morrison, de son vrai nom Chloe Anthony Wofford, était diplômée de la Howard University à Washington.

Elle a longtemps enseigné, travaillant aussi dans le milieu de l’édition, avant de faire paraître son premier roman, « The Bluest eye » (L’Oeil le plus bleu) en 1970, sur une fillette noire qui veut des yeux bleus, à l’âge de 39 ans. Elle expliquait être passée à l’écriture pour écrire « le livre que je voulais vraiment lire ».

« Je lisais tout le temps mais je ne me retrouvais jamais dans ces livres. Ou alors c’était comme une plaisanterie, comme une anecdote qui expliquait un trait du personnage principal sans que celui-ci ne me ressemble », ajoutait-elle lors d’un colloque en 2016.

Dans un entretien publié en 2017 dans la revue trimestrielle America, Toni Morrison précisait: « Le but, pour moi, était de réussir à écrire sans avoir un critique littéraire blanc juché sur mon épaule et qui approuvait ou non la moindre phrase que je venais d’écrire. »

Barack Obama lui avait décerné en 2012 la médaille présidentielle de la liberté, l’une des plus hautes distinctions civiles aux Etats-Unis.

« Toni Morrison était un trésor national », a écrit l’ancien président mardi. « Son écriture était non seulement magnifique mais pleine de sens: un défi à notre conscience et un appel à une plus grande empathie. Elle était aussi bonne comme conteuse, et captivante, en personne que dans ses livres. »

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams
Commentaires

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique. Accepter En Savoir Plus