Tunis Tribune
I’m a gamer, always have been.

- Offre Promo -

- Publicité -

Ce que la Tunisie peut enseigner aux États-Unis sur l’égalité des femmes

Un nombre sans précédent de femmes, en particulier des femmes de couleur, se rendra au Congrès américain en janvier. En ce qui a été appelé une autre année de la femme, 272 candidates sur 964 au Congrès et aux gouverneurs du pays étaient des femmes. Même avec cette vague, les femmes ne représenteront que 21% au Congrès US en 2019 (et occuperont environ un quart des sièges dans les assemblées législatives des États). Ces chiffres sont minimes par rapport à la dernière démocratie du monde, la Tunisie, où 36% des parlementaires et près de la moitié des élus locaux sont des femmes.

Pourquoi un pays qui a ratifié sa première constitution démocratique il y a à peine quatre ans a-t-il élu plus de femmes que la plus ancienne démocratie du monde ? En deux mots : quotas de genre.

Le succès de la Tunisie est dû à la combinaison de mesures descendantes et ascendantes. Les progrès réalisés par les femmes aux élections de mi-mandat aux États-Unis sont principalement dues aux efforts des femmes à la base pour contrer le programme Trump, à commencer par la Marche des femmes en janvier 2017.

La Tunisie est célèbre dans le monde arabe pour sa position en faveur de l’égalité des femmes. Il abrite l’une des lois les plus progressistes au monde en matière de parité hommes-femmes. Cette loi oblige les partis politiques à alterner les membres de leurs listes de candidats entre hommes et femmes et à faire en sorte que la moitié de leurs listes soit dirigée par une femme. Ces mesures s’inscrivent dans la continuité de la Constitution tunisienne de 2014, qui stipule que les hommes et les femmes «ont des droits et des devoirs égaux et sont égaux devant la loi, sans discrimination aucune ».

POURQUOI LES QUOTAS DE GENRE FONCTIONNENT-ILS ? ILS NORMALISENT LA PARTICIPATION FÉMININE.

Les quotas de genre sont efficaces en partie parce qu’ils obligent les électeurs à choisir des candidates alors qu’ils ne le pourraient pas autrement. Les quotas de genre produisent un nombre plus élevé de femmes élues, ce qui signifie qu’avec le temps, l’électorat ne voit pas la participation politique des femmes comme quelque chose d’extraordinaire. Sans quotas, la différence est flagrante. Dans les élections municipales en Tunisie, qui ne disposent pas d’un quota de femmes, seulement un cinquième des sièges ont été remportés par des femmes cette année, contre près de la moitié lors des élections municipales. Cela donne non seulement aux candidates potentielles un plus grand nombre de modèles, mais devrait également entraîner des changements à plus long terme dans ce que les gens pensent des femmes occupant des postes politiques.

Cela s’est confirmé en Tunisie. Selon un sondage Afrobaromètre de 2018 , 67% des Tunisiens étaient d’accord à la question selon laquelle «les femmes devraient avoir les mêmes chances d’être élues à des fonctions politiques que les hommes », une hausse par rapport à 58% en 2013. Aux États-Unis, où le nombre d’élus les femmes restent faibles, les attitudes de la société à l’égard de la participation politique des femmes n’ont pas suivi la hausse observée chez les candidates. Un sondage Pew de juin 2018 a révélé que seulement 48% des Américains estimaient qu’il devrait y avoir un nombre égal de femmes et d’hommes aux postes élus.

MAIS LES QUOTAS NE SUFFISENT PAS.

Les quotas sont la première étape pour offrir des opportunités aux candidates et pour familiariser le public avec l’idée de la représentation féminine. Mais ils ne suffisent pas pour autonomiser pleinement les femmes. La Tunisie a peut-être progressé au scrutin, mais ses femmes continuent de faire l’objet de discriminations au sein de l’establishment politique et de représailles de la part de certains membres du public. Malgré le nombre élevé de femmes au parlement, les femmes n’occupent que trois des vingt-neuf postes de cabinet. Souad Abderrahim, la première femme élue maire de Tunis, a récemment déclaré : «Changer la mentalité masculine du peuple est notre plus grand défi. Les réactions négatives à mon élection en sont la preuve. « 

Les changements culturels peuvent prendre des générations. Alors que la société gagne du terrain, le gouvernement doit intensifier ses efforts pour soutenir les femmes élues et candidates – par le biais de la formation aux médias, de l’accès aux réseaux de collecte de fonds et du renforcement global des capacités. Il est peu probable que les États-Unis adoptent prochainement des quotas de genre, le concept allant à l’encontre de l’éthique nationale américaine du libre arbitre. Mais le Congrès pourrait faire davantage pour autonomiser ses membres féminins nouvellement élus (ainsi que les femmes titulaires de longue date). Les partis politiques peuvent également jouer un rôle important dans la formation de la prochaine génération de candidates et peuvent instaurer leurs propres quotas internes de genre afin de contribuer à augmenter le nombre de femmes qui se présentent à des élections.

LA SOCIÉTÉ CIVILE PEUT ÊTRE UN CATALYSEUR DE CHANGEMENT.

La protection constitutionnelle accordée par la Tunisie à l’égalité des droits des femmes et ses lois électorales avant-gardistes ont vu le jour grâce à la combinaison de femmes élues et d’une société civile puissante (syndicats, organisations non gouvernementales, etc.) qui réclamaient l’égalité des sexes. Les pressions politiques externes exercées par la société civile par le biais de manifestations et du tollé général ont forcé les représentants du gouvernement à faire attention. En conséquence, la Tunisie a non seulement inscrit des quotas électoraux par sexe dans la loi, mais a également adopté une loi historique interdisant la violence à l’égard des femmes en 2017. Le cabinet a récemment approuvé une nouvelle loi prévoyant l’égalité de succession entre hommes et femmes.

Aux États-Unis, des groupes comme She Should Run encouragent et soutiennent les candidates féminines aux postes élus. C’est un bon début. Mais sans l’aide du gouvernement pour garantir des niveaux plus élevés de représentation féminine, la soi-disant Année de la femme aura simplement une année de suite. Il reste à voir si ces femmes élues sont placées à des postes de direction par leurs partis ou mises à l’écart. Le véritable test sera de savoir si les femmes peuvent maintenir cette ferveur énergique lors des prochaines élections.

Texte de Sarah Yerkes, Shannon MCKeown, traduit par la rédaction

Article paru dans Carnegie Endowment for International Peace, (La Fondation Carnegie pour la paix internationale est une organisation non gouvernementale ainsi qu’un cercle de réflexion et d’influence global dédiée au développement de la coopération interétatique et à la promotion des intérêts des États-Unis sur la scène internationale.)

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams
Commentaires

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique. Accepter En Savoir Plus