Tunis Tribune
I’m a gamer, always have been.

- Publicité -

Des politiciens s’entre-tuant à la télé pour animer nos soirées de voyeurs

J’ai lu le statut d’un activiste – visiblement dégoûté de ce qui se passe dans la campagne. il dit ceci : « cette campagne est d’un niveau très bas, franchement nous ne méritons pas tous ces politi-chiens. » j’avais envie de lui répondre ceci :

« Nous ? c’est qui nous ? nous c’est le conducteur qui brûle le feu rouge et qui n’a pas la patience pour respecter la queue. Nous, c’est le voisin qui jette ses ordures dans la rue au prétexte que les agents de la municipalité font grève? Nous, c’est l’agent qui tue les chiens errants et qui ne se soucie pas des chiots qui attendent leurs mamans qui ne reviendra jamais?

Nous, c’est le policier corrompu et le citoyen corrupteur, nous c’est le juge qui prononce son jugement en fonction de ses conviction religieuses et ses accointances avec le politique ou le contrebandier ?

Nous c’est le médecin, l’avocat, le pharmacien, l’architecte, le plombier, l’électricien, le restaurateur, le revendeur des marques étrangères qui ne paye pas ses impôts ?

Nous, c’est le supporter zélé qui vocifère dans les stades les mots les plus abjectes et qui n’a jamais mis les pieds dans un théâtre? Nous, c’est l’harceleur -quand il est passager dans le bus jaune ou quand il est patron d’un grande firme- et qui considère que toutes les femmes ont ce côté « salope » qui attire les bêtes sexuelles que nous sommes?

Nous, c’est l’Imam qui considère qu’un homme invisible a créé ce monde et qui nous veut du bien sauf quand il s’agit du juif, de l’homosexuel, du communiste, de l’athée, enfin tout ce qui ne ressemble pas à un bon musulman?

Nous, c’est le menteur, le malhonnête, le crétin, l’avare, le bouffon, le couard, le fuyard, le lâche, le Zaouali qui n’a aucune dignité, qui est prêt à vendre son âme au diable pour 10 ou 15 dinars, le bourgeois qui veut garder ses avantages à tout prix quitte a élire un nouveau dictateur ? Nous méritons amplement tous ces politiciens qui s’entre-tuent chaque jour à la télé pour animer les soirées des voyeurs que nous sommes.

Par Issam Ayari, auteur et comédien de Théâtre

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams
Commentaires

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique. Accepter En Savoir Plus