Tunis Tribune
I’m a gamer, always have been.

- Offre Promo -

- Publicité -

Tunisie: Un premier tour de l’élection présidentielle était transparente et bien organisé, selon l’UE

Tunis — Le scrutin présidentiel du 15 septembre a été bien organisé et la journée électorale s’est déroulée dans une ambiance paisible et ordonnée, a constaté la Mission d’observation électorale de l’Union européenne (MOE UE). « L’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE) a mené les préparatifs d’une manière efficace, malgré un calendrier réduit dû à l’élection présidentielle anticipée » a déclaré Fabio Massimo Castaldo, chef de mission et vice-président du Parlement européen, qui présentait à la presse les premières conclusions de son équipe sur le processus électoral en cours.

« Le premier tour de l’élection présidentielle constitue une étape supplémentaire dans la construction de la démocratie tunisienne, qui se confirme comme un modèle dans la région », a souligné M. Castaldo.

La MOE UE a évalué comme transparente le vote et le dépouillement dans la quasi-totalité des 510 bureaux de vote observés. La Mission a été présente dans tous les centres de collecte des résultats pour le suivi de la compilation qui s’est déroulée conformément aux procédures. À ce jour, l’ISIE a fait preuve d’indépendance et d’impartialité, et a su préserver la confiance des parties prenantes.

La campagne électorale a été pluraliste et les libertés fondamentales ont été respectées, malgré l’état d’urgence en vigueur. Les activités de campagne sur le terrain et les réseaux sociaux ainsi que les affiches publicitaires ont en général permis la visibilité des candidats. Tout en reconnaissant l’indépendance du pouvoir judiciaire, la Mission constate que les autorités concernées n’ont pas pris de mesures particulières pour le candidat Nabil Karoui, en détention préventive, afin qu’il puisse mener campagne dans le respect du principe d’égalité des chances prévu par la loi tunisienne.

Les médias audiovisuels, écrits et en ligne ont largement couvert la campagne. L’organisation pour la première fois de débats télévisés avec les candidats a répondu en partie aux attentes des citoyens en matière d’information. L’interdiction de campagne électorale faite aux médias audiovisuels non-autorisés n’a pas été respectée. Si l’absence de censure reflète des avancées significatives au niveau des libertés en ligne depuis 2011, le recours notable aux fausses informations a marqué l’activité des réseaux sociaux pendant la campagne.

La récente modification de la Loi électorale, pour respecter le calendrier constitutionnel après le décès du président Essebsi, a raccourci les délais du contentieux pouvant impacter le droit à un recours effectif. De plus, le contrôle des comptes de campagne, un mécanisme trop lent, ne permet pas de garantir l’égalité entre les candidats.

La Mission d’observation électorale de l’Union européenne, présente depuis le 23 août, observe les différentes phases des processus électoraux présidentiel et législatif et restera présente en Tunisie jusqu’à publication des résultats définitifs.

Par Communiqué

S'inscrire à la newsletter
Chaque semaine recevez l'essentiel de l'actualité
Garantie pas de spams
Commentaires

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique. Accepter En Savoir Plus